Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Franciscaines Missionnaires de Notre-Dame en Mission

1 juin 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

Franciscaines Missionnaires de Notre-Dame en Mission


La mission et la vie que nous avons reçues nous ont été confiées pour partager.


Suivre Jésus-Christ, comme cela a été proposé dans l'Évangile est notre règle de vie et de mission.


De François d'Assise, nous avons reçu notre spiritualité. «Être là où notre présence peut être une aide et faire le bien”: auprès des malades, des enfants, des personnes âgées, des jeunes, la défense et la promotion de la vie, la justice, la paix et l'intégrité de la création »(Const.) est notre mission. Cela était la ligne. Impressionnée par un événement passé avec une religieuse portugaise, des Franciscainnes Missionnaires de Notre-Dame ( en ce temps là Franciscaines de Calais) en terre de mission au Mozambique, un appel a fort développé mon désir d'être missionnaire.


Cette soeur appelée un jour, pour aller répondre à une personne âgée malade, a été prise par la nuit, là où il n'y a pas le crépuscule et l'obscurité qui frappe tout à coup. Désorientée, emmêlée dans la forêt dense, elle a passé là bas deux nuits et un jour. Accompagnée d'un enfant, je passais par des moments pénibles pour me protéger des bêtes et de la terreur de la forêt et résister à la fatalité du danger. Il a été baptisé de la rosée du brouillard. Après cet incident, il a survécu et a poursuivi son action missionnaire, dans le silence de ce secret, qui l’a marqué viscéralement et m'a aussi impressionnée.


J'ai entendu ces nouvelles lues par mon père, dans un petit journal local. Cette histoire m'a frappée profondément, et le son a eu un écho dans mon être au seuil de mon adolescence. Dans ma maison tous les jours se faisait la prière pour les missions et les missionnaires et à partir de ce temps là, notamment par cette sœur, plus tard, nous sommes parvenues à connaître, que cela était d'une paroisse voisine.


Bien invitées à suivre la vie religieuse dans d'autres congrégations, mon rêve a toujours été d'être missionnaire au Mozambique.


Après ma formation au noviciat des Franciscaines Missionnaires de Notre-Dame et avant les vœux perpétuels je fus envoyée au Mozambique le 14 Septembre 1959. Ensuite, j’ai pu vivre ma vocation, dans trois communautés Je me suis consacrée à l'enseignement, la promotion des femmes, soins aux personnes âgées et les enfants. Vers les années soixante, ont résonné de fortes rumeurs de guerre et beaucoup d'incertitude liée à l'indépendance.
Notre rôle de missionnaire est allé bien au-delà de ces conflits, nous avons toujours essayé et dans toutes les situations, nous nous sommes reppelé le mot d'ordre hérité de saint François d'Assise: «Pour être des instruments de paix."


Cinq ans après mon arrivée, en terre d'Afrique, on m'a envoyé dans une mission de l'intérieur, dans la brousse. Alors les missionnaires se sentaient en manque de presque tout: nourriture, transport, soins de santé ... En collaboration avec les Missionnaires Franciscains, nous avons développé à cet endroit une mission avec un centre d'accueil pour les enfants, les jeunes et les personnes âgées, les enfants orphelins / abandonnés, certains handicapés abandonnés et personnes âgées abandonnées; pour ceux-ci, nous avons construit des petites maisons (huttes) à côté de notre maison, pour mieux répondre à leurs besoins et les accompagner le reste de leurs jours. Les Jeunes en préparation pour le mariage, dont les fiancés accomplissent le service militaire, ont trouvé là, protection et formation éducative et humaine, en vue de l'avenir: être de vraies femmes au foyer et de bonnes mères de famille.


La situation de la guerre atteignit son apogée et les difficultés ont augmenté et se sont aggravées: des personnes âgées, des enfants et des faibles, ont été jetés dans l'abandon, sans conditions, l'incertitude venant de tous les côtés. Période très difficile et pleine de perplexités: nationalisation des maisons: invasion de ce qui était considéré comme privé, avec la destruction, l'appropriation et tout le malaise, inimaginable. Ce fut l'indépendance. Nous sommes restées encore, tandis qu'il était possible, et nous nous sommes confiées à la protection de Celle qui nous a demandé d'aller.


Notre présence a continué et continue d'être nécessaire. Avec beaucoup de tristesse et des problèmes de santé graves je decidai de retourner dans mon pays. Cependant les Franciscaines Missionnaires de Notre-Dame continuent, encore aujourd'hui leur mission au Mozambique, réparties dans six communautés.


Les appels vers la mission ne se limitent pas à un lieu ou une préférence. Après un certain temps de récupération, d'autres tâches m’ont été confiées. Tout ce qui est fait pour le Royaume de Dieu est une mission, et fait partie du mandat de Jésus: "aller, enseigner, accueillir, baptiser partout dans le monde, "cela c’est être en mission.


Après l'indépendance du Mozambique et le retour de plusieurs sœurs au Portugal, s’est ouverte l'occasion pour les Franciscaines Missionnaires de Notre-Dame de répondre à de nombreuses demandes qui ont surgi des nouvelles présences dans le pays. Il en a été ainsi à la demande de l'évêque Antonio Francisco Marques, alors évêque du Diocèse de Santarém, récemment créé. Une communauté des Sœurs Franciscaines Missionnaires de Notre-Dame a été mise en œuvre, dans la paroisse de Ulme, et qui a été consacrée à la pastorale et le service de soins infirmiers.


Plus tard, en 1985, et dans le même but est installée une autre communauté :Carregueira. En 1996, elles ont fermé les communautés de Ulme et Carregueira et les soeurs en plus petit nombre, mais avec la même mission, se sont réunies dans la même résidence à Chamusca.
Aujourd'hui, la communauté est composée de quatre sœurs; elles cherchent à donner leur meilleur dans l'animation liturgique, la catéchèse, la visite des malades dans leurs maisons, les maisons de retraite, centres de jour, et prolongent leur service à toute la municipalité de Chamusca.


La Congrégation est présente dans diverses parties du monde;Portugal, France, Allemagne, Irlande, États-Unis, Brésil, Argentine, Haïti, en Ethiopie, à Djibouti, au Mozambique, en Afrique du Sud, Madagascar, Angola et Sao Tomé, Macao, Timor.


Sr. Emília Nazária Faria,
FMND

l

 

<< Go back to list