Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

L’homélie de la Messe du 8 décembre

17 décembre 2014

L’homélie de la Messe du 8 décembre
- Notre-Dame de l'Immaculée Conception

 

 

 

 

Chères sœurs,
Il y a 50 ans le Concile Vatican II une profonde rénovation de la Vie Religieuse. Depuis, toutes les Congrégations ont accompli un chemin de ressourcement, de conversion et d’adaptation à l’Evangile et au monde actuel.
Cette remise des Constitutions en est une belle illustration. Elle s’inscrit dans cette année souhaitée par le Pape. Lorsqu’il a annoncé l’Année de la Vie Consacrée, il a appelé les religieux à « réveiller le monde ».
Précisément cet appel le lit, le reprend en ce temps de l’Avent qui insiste sur la veille, la vigilance.
En cela, la Vie Consacrée brille comme l’Avent dans la Vie de l’Eglise. Elle tourne notre regard vers Celui qui vient.
La vie avec Dieu est toujours un chemin à la fois beau et simple, parfois désertique, mais elle est la terre de la promesse.
Nous avons entendu le récit de l’Annonciation. Le mystère de l’Incarnation s’ouvre sur la salutation de l’ange « Réjouis-toi ».
Marie y reconnait la promesse de joie de l’Ancienne Alliance en train de se réaliser, Joie qui est aussi la nôtre à chaque fois que le Seigneur nous choisit pour l’annoncer.
Ici encore comment ne pas y voir un signe ! Précisément, c’est cette même salutation que le Card. Braz de Aviv (préfet de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée) a reprise dans sa lettre aux consacrés le 2 février dernier : « Réjouissez-vous ».
Même si la vie religieuse connait un net recul en certains pays – notamment en Occident. Cette année est une invitation à ne pas se laisser abattre par les chiffres ! Notre réponse à l‘appel du Christ est profondément une Joie !
Laissons-nous enseigner par l’attitude de Marie. Elle se demande ce que signifie cette salutation. Si Elle est troublée ce n’est pas à la vue de l’envoyé de Dieu mais à l’écoute de ce qu’il dit.
Silencieusement attentive au mystère de Dieu, Marie nous apprend à écouter, à recevoir la Parole.
Et sa virginité est le signe le plus fort de cette écoute devant Dieu, écoute d’absolue disponibilité.
« Pour Marie, sa virginité est attente de l’Esprit de Dieu, silence du corps, du cœur et de l’esprit, silence de tout l’être » (Y. Raguin)
En même temps, Marie savait bien qu’elle ne pouvait être jamais assez écoute, silence pour recevoir la Parole de Dieu dans toute sa grandeur.
C’est pourquoi, elle n’a dit qu’un mot : « Oui » - « FIAT » qu’il me soit fait selon Ta Parole , que tout se passe pour moi .

Que votre « oui » - ce « oui » que vous allez redire aujourd’hui – que la Vierge Marie vous aide à le redire.
Ce « oui » qui n’est jamais aliénant, car il reste libre, trouve sa source dans ce « oui » sincère et généreux que vous avez prononcé jadis en réponse à l’appel du Christ et qui reste dans vos vies comme un moment d’éternité que le Seigneur saura consacrer.
La seule question que pose Marie « comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? » n’est pas une objection. Marie accorde à Dieu son consentement total. Ce n’est pas une preuve qu’elle réclame.
Elle rattrape pour ainsi dire l’ange par ses ailes – comme l’écrit plaisamment un théologien- elle l’oblige en quelque sorte à en dire davantage. Elle demande une explication.
Disponible totalement et immédiatement à la grâce de Dieu, Marie a comme précipité l’Incarnation comme plus tard à Cana, elle provoquera le 1er signe de Jésus.
A la question de Marie, l’Ange lui répond que Dieu sera avec Elle et u’ »Il la couvrira de son ombre ». L’ombre rappelle la nuée de l’EXODE. Elle évoque aussi une présence discrète.
Les Paroles que Marie entend sont les mêmes que le Christ Ressuscité prononcera à ses disciples avant de les quitter : « L’Esprit Saint viendra sur vous ».
C’est dire que c’est dans notre marche à Sa suite que nous recevrons l’Esprit. Ce lien est important.
L’Esprit est pour nous le don du Père par les mains du Fils qui l’a remis dans Sa Pâque pour qu’il passe de Son Humanité à la nôtre.
C’est dans la Pâque du Serviteur que l’Esprit nous est donné.
Ici encore, Marie nous apprend à ne pas avoir peur de l’Esprit Saint.
Vivons de l’Esprit, en nous ouvrant à la Vierge Marie.

Encore un mot pour évoquer « l’Immaculée Conception de la Vierge Marie »
La grâce dont Elle est remplie ne la met pas au-dessus de la condition humaine.
Ce n’est pas un manteau qui la recouvre mais un amour qui pénètre dans son être, pour qu’elle puisse concevoir le Fils du Père.
Tout ceci est une autre manière de dire qu’elle est « immaculée » et que le péché n’a pas effleuré un instant son être intime.
« Réjouissez-vous… » Marie nous montre que le bonheur de la rencontre désirée devient possible parce que c’est Dieu qui vient à nous, par des chemins que Lui Seul connait.
Dieu vient habiter notre Nazareth d’aujourd’hui. Comme Marie, osons Lui ouvrir la porte de notre cœur.
 

 

<< Go back to list