Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

L'AVENT ET L'ANNÉE LITURGIQUE

7 décembre 2016

 

 

 

 

 

 

 

Le Catéchisme de l'Eglise catholique affirme que «alors que nous célébrons chaque année la liturgie de l'Avent, l'Eglise met à jour cette attente du Messie: communiant avec la première venue du Sauveur, les fidèles renouvellent l'ardent désir pour sa seconde venue " (CIC, n. 524). Ceci est la motivation pour laquelle, encore une fois, nous voulons ouvrir les vannes de nos cœurs pour accueillir le Seigneur qui viendra dans l'Incarnation où «la vérité de l'amour de Dieu rejoint l'homme dans l'histoire, nous invitant à accueillir librement la nouveauté radicale »(Pape Benoît XVI). En vertu de cette «nouveauté radicale», l'Église de Jésus-Christ reprend "le cycle de [ses] fêtes essentielles qui sont Noël, Pâques et Pentecôte "(Dom Luciano Duarte).
Le temps de l'Avent coïncide avec le début de la nouvelle année liturgique, aussi appelée année ecclésiastique, qui, en 2016, reprend la réflexion sur l'Evangile de saint Matthieu. Notoirement, le début de l'année liturgique ne correspond pas au début de l'année civile, qui se passe le premier Janvier. Donc, c'est à partir du Concile Vatican II, que L'Eglise du Christ a été enrichie avec la méditation des Évangiles distribués dans ce qu'on appelle années «A», «B» et «C». Ceux-ci sont, respectivement, des évangiles de Matthieu, Marc et Luc, connus dans la littérature biblique comme «Evangiles synoptiques." Cette répartition des évangiles en trois années liturgiques a été un «des plus grands fruits du concile Vatican II." Tout cela parce que, comme indiqué par Mgr Luciano Duarte, «toute la vie de l'Eglise, surplombe, est suspendue à la vie historique de Jésus-Christ; célèbrons donc cette vie historique que la vie religieuse des chrétiens a développée." En d'autres mots "L'année liturgique est la structure qui soutient tout le mystère du culte chrétien "(Matias Augé). Essentiellement, du point de vue liturgique, la vie de l'Eglise se déroule dans l'arc de temps qui va de l'Avent jusqu'au dernier dimanche du temps ordinaire - Solennité du Christ Roi - en passant par le Carême, et qui culmine dans la célébration de la Pâque du Seigneur.
Ainsi la vie chrétienne est imprégnée par cette «kairos» de Dieu, le temps du salut, qui est appelé "aujourd'hui", qui prend sa plénitude dans le mystère de l'Incarnation du Christ, au-delà de toutes les limites et toutes les dimensions du temps et de l'espace, envahissant anthropologiquement toutes les cavernes les plus sombres de l'imperfection humaine. Dans une attitude d'ouverture et de conversion, nous sommes tous appelés à plonger dans la grâce de la rédemption qui est offerte gratuitement. Ceci est la source d'espérance dont parle Le pape Benoît XVI dans son encyclique "Spe Salvi" publiée le 30 Novembre 2007 au Vatican. "La rédemption nous est offerte dans le sens qui a donné de l’espérance, une espérance fiable, en vertu de laquelle nous pouvons affronter notre présent: le présent est encore si pénible, qu’il peut être vécu et accepté, de façon à conduire à un but. Et nous pouvons être sûrs de cet objectif, si cet objectif est assez grand pour justifier l'effort du chemin ". (Spe Salvi, n. 1). En parlant de la «transformation de la foi-espérance dans les temps modernes" et pour faire un rappel historique des moments cruciaux qui ont tenté de balayer Dieu de l'existence sociale en tenant compte de la dictature des systèmes politiques et économiques, le Pape précise que «L'homme est non seulement un produit des conditions économiques,mais il ne peut guérir de l'extérieur en créant des conditions économiques favorables »(Spe Salvi, n. 21) et que «Dieu entre vraiment dans les affaires humaines,mais pas assez pour être pensé par nous: il faut que lui-même vienne à nous et nous parle ". (Spe Salvi, n. 23). Et c’est cette rencontre avec Dieu que nous célébrons pendant l'Avent, et plus précisément le jour de Noël. Oui, alors nous voudrions expérimenter entièrement en profondeur l'amour de Dieu qui nous dépasse dans toutes nos limitations. Cependant, pour cela le cœur doit être dilaté, propre et purifié. C’est le pape qui dit: «L'homme a été créé pour une grande réalité , à savoir pour Dieu lui-même, pour être rempli par Dieu. Mais son cœur est trop petit pour la grandeur à laquelle il est destiné. Il doit être élargi. "(Spe Salvi, n. 32). En citant saint Augustin, Le pape présente une belle image qui décrit "La dilatation" du cœur: "Supposons que Dieu veut te remplir de miel. Si tu es toutefois plein de vinaigre, où mettras-tu le miel? " Ouvrons nous à l'accueil festif du Messie attendu qui arrive, afin de verser dans nos cœurs desséchés la joie divine manifestée par les bergers de Bethléem, parce que, dans l ' "aujourd'hui" de notre foi, né pour nous un Sauveur, le Christ Seigneur.


Le père Gilvan Rodrigues
écrivain
 

<< Go back to list