Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Les artisans de l'unité

L’inspirateur

Monseigneur Pierre Louis Parisis

monseigneur parisisMonseigneur Parisis, évêque d’Arras, au cours de sa première tournée pastorale dans les principales villes du diocèse, est frappé par l’isolement de certaines maisons religieuses.

Il rencontre des Franciscaines à Arras, à Lens, à Béthune, à Aire-sur-la-Lys, à Saint-Omer, à Montreuil-sur-Mer et à Calais. Elles n’avaient entre elles, aucune relation. Chaque maison était indépendante, autonome. Chacune vit de façon peu conciliable avec les obligations de la vie religieuse, car elle est sous la dépendance des administrations locales.

Mgr Parisis avait un objectif : réunir ces communautés franciscaines, établir une Maison Mère avec une Supérieure générale, sauvegarder leur indépendance et leur dignité et faire refleurir l’ esprit du Petit Pauvre D’Assise.

Les Artisans

Mgr Adolphe Duchenne

Est né à Boulogne-sur-Mer d’une famille d’armateurs. Son père était capitaine au long cours.
Au lendemain de son ordination, en 1837, il est envoyé à l’hôpital général de Saint-Omer où il s’occupe des enfants orphelins ou abandonnés.

monseigneur duchenneTrois ans après, il arrive à Calais et il y restera jusqu’à sa mort.
Il connaissait bien les sœurs Franciscaines à Saint-Omer et à Calais, et sentait les causes de l’affaiblissement de l’esprit religieux : temps de prière réduit, durée du noviciat réduit…
Il a la même idée que Mgr Parisis et souhaite faire refleurir le pur esprit franciscain et mettre les sœurs sous l’autorité d’une supérieure unique.

Mgr Duchenne se rend chez les Capucins revenus à Paris après la Révolution de 1848, pour se pénétrer de l’esprit franciscain. Il étudie la Règle du tiers Ordre avec la supérieure de l’Hospice de Calais, Mère Louise Mabille, et amène tous les membres de la communauté de Calais à renouveler leurs vœux de « vivre en obéissance, sans propriété et en chasteté, suivant la règle du Troisième Ordre de Saint François »…cette agrégation à lieu le 26 octobre 1852.

Le 4 décembre 1852, l’Abbé Duchenne est chargé par Mgr Parisis de réunir les communautés franciscaines du diocèse.
Les sœurs de Calais sont franciscaines et vont devenir le noyau de la future Congrégation.

«Une fois animées du même esprit, qu’elle sera forte, douce, étroite la charité qui animera la grande famille franciscaine, notre chère Congrégation».
Père Duchenne
(28 août 1860)

Mère Louise Mabille

mere mabilleElle est née à Boulogne-sur-Mer le 22 mai 1799. Elle a pris l’habit à Calais chez les Sœur Franciscaines ; a fait profession le 4 octobre 1825, puis elle a été affectée à l’Hospice civil de Calais.

Nommée supérieure de l’Hospice en 1851, elle va s’employer à réunir les sept maisons Franciscaines autonomes du Pas de Calais. En même temps que Mgr Duchenne, elle étudie la Règle et approfondit l’esprit franciscain.

Mère Louise est nommée première Supérieure Générale le 30 mai 1854. Elle favorise l’union par son tempérament calme et effacé, par sa prudence et sa sagesse, et par sa volonté.

«Soyons toutes les membres d’un même corps qui s’entraident et s’animent.
Que toutes et chacune selon la mesure de la grâce, nous travaillions à l’œuvre pour la laquelle Dieu nous a choisies ; Il sera à notre droite, afin que nulle difficulté ne nous ébranle. Il nous soutiendra de sa main, afin que nous suivions sa voie.»
Sœur Louise Mabille
(Première Supérieure Général Juin 1854)

CALAIS berceau de la Congrégation

La Congrégation est née à Calais. L’Hospice, première maison, était alors sur la commune de Saint Pierre les Calais. C’est là que Mère Louise a vécu et a travaillé avec Mgr Duchenne pour favoriser l’union des sept maisons.

En 1856, la maison mère et le noviciat s’installent dans un autre quartier de la ville en raison de l’exiguïté de la première maison.

Les épreuves, les guerres, les mutations…

Au long de son histoire, la Congrégation doit faire face à de dures épreuves : la guerre de 1870, celles de 1914-1918 et de 1939.

La maison mère de Calais et sa Chapelle seront entièrement détruites en mai 1940. Seul vestige de cette catastrophe : la tête d’une très belle statue de Saint François qui ornait la chapelle.

En 1965, la Congrégation des Franciscaines de Calais prend la dénomination de «FRANCISCAINES MISSIONNAIRES DE NOTRE DAME», en raison de son extension à travers le monde.

Allez !

Les premières Constitutions disent :

«Nous sommes à la disposition du Saint Siège, et prêtes à être envoyées dans les missions étrangères lorsque la Sacrée Congrégation de la Propagande nous
en jugera dignes.»
(Constitutions 1,1 1873)

Dès les premières années qui suivent l’union des sept maisons, on fait appel aux Franciscaines de Calais. Elles fondent successivement des maisons en France, puis à l’étranger.